Menu

Restauration Dirk Bouts

Dirk Bouts, qui vivait à Louvain, a réalisé ce chef-d’œuvre flamand dans son style pictural caractéristique. Le triptyque du Martyre de saint Érasme, d’une valeur artistique inestimable, est considéré comme une des œuvres majeures du Primitif flamand. Dans ce tableau, on reconnaît la « patte » de Dirk Bouts dans l’excellence de la technique, l’harmonie et l’équilibre de la construction, le rendu des paysages, la silhouette élancée des personnages et les coloris.

M veut entreprendre une restauration et une étude approfondies de ce tableau, pour en savoir plus sur Dirk Bouts et sa méthode de travail. Au terme de la restauration, le triptyque brillera de toute sa splendeur à côté de La dernière Cène de Dirk Bouts, dans l’église Saint-Pierre, où les deux œuvres sont conservées depuis plus de cinq siècles.
Interview de Marjan Debaene, Chef de service Collections
Qu’est-ce qui rend ce travail si particulier ?
« Dirk Bouts, au-delà d’être un des peintres Primitifs flamands, est aussi un Louvaniste... ce qui compte peut-être encore plus pour le musée M. Le Martyre de saint Érasme est un des deux chefs-d’œuvre de Dirk Bouts qui, près de 600 plus tard, se trouve toujours à son emplacement d’origine. En 1460, le tableau a été commandé pour la chapelle de l’église Saint-Pierre, où il est toujours exposé. Dirk Bouts est un cas un peu à part dans le mouvement des Primitifs flamands étant donné qu’il évitait de mettre une dimension dramatique dans ses travaux. On le voit également dans cette œuvre. Lorsqu’on regarde le visage la posture d’Érasme, on dirait qu’il est plus ou moins indifférent aux cruautés qu’il subit. Son style caractéristique a valu à Dirk Bouts le surnom de peintre du silence. »

Pourquoi faisons-nous restaurer cette œuvre ?
« L’œuvre a un certain âge, et la dernière grande restauration date de 1952. Restaurer est parfois une action préventive, pour éviter les dégâts et pertes irréversibles. Après quelques décennies, plusieurs zones requéraient notre attention. Par exemple, la couche de vernis a fort jauni et la peinture présente quelques problèmes. Au fil du temps, le tableau a été exposé à de petites différences de climat ayant un impact sur le support en bois du tableau. Sous l’effet de l’humidité, le bois se dilate et de petites fissures apparaissent. Dans un lieu chaud et sec, le bois se rétracte, réduisant ainsi la surface sur laquelle est posée la peinture. Du coup, la peinture se soulève et on parle de perte de peinture effective. Ces problèmes sont minimes, mais doivent être traités avant de s’aggraver. »

En quoi consiste précisément ce genre de restauration ?
« Le tableau lui-même va être nettoyé et débarrassé du vernis jaune et des retouches dérangeantes. On va refixer la couche de peinture et faire de nouvelles retouches avec des couleurs inaltérables. Par ailleurs, différents examens viseront à étendre nos informations scientifiques sur Dirk Bouts. Il y a de nombreuses options. La dendrochronologie (dendron : arbre ; chronos : temps) permet de déterminer l’âge du panneau en bois. On éclaire le tableau avec des UV, une sorte de lumière bleue, qui révèlent les éventuelles surcharges de peinture. Les restaurateurs utilisent également cette technique pour se faire préalablement une idée de l’ampleur de la restauration. »

Que cherchons-nous à savoir ?
« Il est impossible de savoir si nous allons découvrir de nouvelles informations, mais il y a quelques questions auxquelles nous voulons répondre. Par exemple, le commanditaire figure-t-il sur l’œuvre, et pourquoi les trois saints – Érasme, Jérôme et Bernard – y sont-ils rassemblés ? Certains y voient un hommage aux trois formes de saintetés : le martyre, l’érudition et le mysticisme. Mais est-ce vraiment cela ? »

Faites un don

À partir de 40€, les dons sont fiscalement déductibles
Vous voulez répartir votre soutien sur toute l’année ? Dans ce cas, vous pouvez aider mensuellement le musée M ou un des projets en programmant un ordre de paiement mensuel sur le compte n° BE19 7360 2770 7712.

N’oubliez pas de mentionner la communication structurée.